Lancer la recherche
Passer au contenu principal
Accueil
Aide (nouvelle fenêtre) Qui sommes nous?
UFS semenciers semences semence semencier association union fédération semenciers

 QUI SOMMES-NOUS ?

Histoire

L’UFS, une structure jeune et expérimentée !

Créée en 2009, l’UFS regroupe l'activité et les moyens de 6 Fédérations qui préexistaient pour défendre l'intérêt des entreprises semencières en France dans chacune de leurs filières : 

  • AFSA : céréales à paille & protéagineux
  • FFSFG : fourragères & gazons
  • FNPSP : potagères & florales
  • OLEOSEM : oléagineux
  • SEPROMA : maïs
  • SPFGB : betteraves & chicorée

Les entreprises semencières s’appuient sur les compétences acquises dans ces structures depuis leur création (exemple : la FNGSP, Fédération des Potagères devenue FNPSP, est née en 1945).

L’amélioration des plantes et les premiers pas de la sélection : un héritage de 11 000 ans

Au Néolithique, il y a 11 000 ans, l’Homme commence à se sédentariser. Après avoir été des chasseurs-cueilleurs, les hommes deviennent des éleveurs-agriculteurs. Ils produisent dès lors leur nourriture, domestiquant les plantes sauvages pour les adapter à leurs besoins.

Les premiers agriculteurs sélectionnent et ressèment les plantes intéressantes à cultiver : c'est la sélection massale. Ils favorisent ainsi celles qui sont les plus résistantes, les plus productives, les plus nutritives, qui se transforment et se conservent le mieux. Plus tard, la migration des populations agricoles et la conquête de nouveaux espaces induisent une sélection différente d'une région à l'autre en acclimatant les espèces à leurs environnements. Ensuite, l’amélioration des plantes se développe et s’intensifie jusqu’à se professionnaliser.

Les Progrès depuis le XIXe siècle

Dès le XIXe siècle, l'évolution des techniques et des connaissances permet de réaliser des progrès qualitatifs et quantitatifs exceptionnels : créer de nouvelles variétés à partir des variétés existantes en les croisant entre elles jusqu'à obtenir les qualités voulues. A travers cette spécialisation, un nouveau métier apparaît : celui de sélectionneur. La première variété de blé issue de sélection généalogique, Dattel, est commercialisée en 1883.

Au cours du vingtième siècle, la conjugaison de nouveaux savoirs, en mécanisation, agronomie, nutrition, protection des plantes et génétique, accélère le rythme des progrès et permet de faire face aux besoins alimentaires en France puis en Europe.
La nécessité pour les producteurs de disposer régulièrement de semences de qualité est à l’origine de la normalisation et de la législation semences. 

Et aujourd’hui,

le travail des sélectionneurs est de créer des variétés répondant aux attentes des consommateurs et des filières. Le progrès génétique s’accélère à la fois par l’approfondissement des connaissances et par les outils que les sélectionneurs peuvent utiliser. Utilisées avec conscience et rigueur scientifique, les méthodes traditionnelles complétées des biotechnologies végétales débouchent sur les variétés aux caractéristiques de plus en plus élaborées et complexes demandées par l'industrie agroalimentaire et les consommateurs.

Comme dans tout métier basé sur l’innovation et la technique, la règlementation évolue avec les progrès en création variétale comme en production de semences. Les entreprises non seulement s’y adaptent mais souvent l’anticipent et proposent les évolutions ; elles y parviennent d’autant mieux qu’elles mettent leurs compétences en commun : tel est l’objet de l’UFS.


































Maïs primitif des hauts plateau du Mexique




Aegilops ventricosa : un ancêtre du blé tendre
























Haut de page
Union Française des Semenciers

Informations légales • Copyright 2017 • Connexion